Buenos aires, la belle aventure latino

(Du 2 au 11 mai 2011)

L´arrivée est épuisante. On vient de faire 20 heures de vol avec 9h de décalage horaire. Quand on arrive a Buenos Aires a 10h, pour nous il est 1h du matin.

Et encore plus fort, depuis notre départ de Christchurch la veille 10h du mat´, il n´y a pas eu de coucher de soleil. Si on compte bien, on aura eu 27h de plein jour.

Et vous voulez quelque chose d´encore plus fort ? Le lendemain de notre départ, eh ben c´est le jour de notre départ ! Mais ca, on l´apprend a nos dépends… Je m´explique. On est parti le 2 mai de Christchurch et je nous ai reservé une chambre le 3 mai a Buenos Aires. Quand on arrive a l´hotel… eh ben ils n´ont pas de chambre pour nous : ils nous attendaient le lendemain ! Eh oui ! On est encore le 2 mai !!!

Voila, pour l´introduction. Apres, ca se passe plus normalement.

L´Amérique du sud pour nous ca veut dire aussi parler espagnol !

On avait dans nos besaces la méthode Assimil Espagnol qu´on a travaillé plus ou moins régulierement et ca nous a permis de pouvoir nous débrouiller des notre arrivée.

On avait trouvé un hote couchsurfing, mais comme on savait qu´on allait etre décalqués apres le transfert, on a pris 3 nuits a l´hotel pour commencer. Effectivement les 2 premiers jours, a part aller a la banque, manger et dormir, on n´a pas fait grand chose…

Puis on a visite Caminito, un quartier de la Boca.

C´est mi-figue, mi-raisin. Il y a une zone hyper touristique, tres jolie et colorée et les gens y vont pour ca. Mais tous les guides disent de ne surtout pas sortir du quartier joli car tout autour, c´est hyper mal famé. On est sages, vous en  faites pas ! Tiens, au fait, vous saviez que Maradona est originaire de la Boca ?

Il y avait le musée de Bonito Qinquela Martin, peintre argentin, lui aussi originaire de la Boca. Plusieurs oeuvres d´autres artistes de la Boca.

La balade le long des canaux est bien sympa aussi. C´était dangereux il y a quelques années mais la ville a réhabilité la balade. On peut y voir « el puente de la mujer », le pont de la femme.

On est allés visiter le musée National d´histoire, ou on apprend que le Général San Martin, héros pour son role dans l´indépendance de l´Argentine (Chili et pérou), est mort a Boulogne-sur-mer.

Puis, a Buenos Aires, on a aussi planté des arbres ! En se baladant dans un parc, on discute avec des bénevoles nous expliquant que si on veut participer, on peut venir les rejoindre dimanche. Alors, on a accepté, se disant que ca nous donnerait l´occasion de rencontrer des argentins. La suite nous démentira…

Et ensuite, notre vraie aventure a commencé !!!

On a eu rendez-vous avec Jorge (a prononcer rolré en rapant bien les R), notre jeune hote argentin de 22 ans. A partir de l´obélisque, on l´a suivi tout en faisant connaissance, en espagnol s´il vous plait. Bon, pas de discussion philosophique a ce stade, hein.

Et apres 25 mn de marche, 25 mn de train puis encore 25 mn de marche, on est arrivés chez lui. Il nous a donné les clefs apres nous avoir expliqué la maison et puis il est parti bosser.

La, on a été un peu tristounes, comme on était tout seuls. On s´est demandé ce qu´on faisait la, le quartier avait l´air mal famé et les chiens, les 4 chiens de la maison nous ont accueilli en nous grognant dessus, et puis j´avais vu des cafards. Alors j´ai fait une sieste.

Vers 21h, la maison a commencé a se ranimer, la soeur puis la mere, l´autre fils et le pere sont arrivés au compte goutte. La maison s´est remplie de bruit, de rires et on a tous diné ensemble. Oui, a 23h 😉  Mais c´est hyper normal en Argentine. Oui, comme en Espagne.

Et on a finalement passé 6 jours avec eux. On ne parlait que espagnol, ou Castellano comme ils disent ici. On a d´ailleurs passé pas mal de temps avec les parents, Andrea et José Luis. Andrea est passionnée de politique et on est d´ailleurs allés avec elle a un concert politique soutenant la présidente actuelle Cristina Kirchner. Et c´est comme ca qu´on s´est retrouvés dans « le quartier le plus dangereux de toute l´Argentine« , d´apres Andrea. Apres un petit moment on s´est quand meme détendus, on a meme dansé et discuté avec les amis d´Andrea, sur le rythme de la Cumbia. C´est la qu´elle donne des cours d´alphabétisation pour adultes dans un centre d´aide sociale.

Au concert politique

José Luis est chauffeur de taxi. Il est tout gentil, hyper serviable et a un humour décapant.

Les 3 derniers jours, on a passé plus de temps avec Jorge. Il apprend le francais, et comprend déja tres bien ce qu´on peut lui dire. Il est tres interressé. Son projet est de passer plusieurs mois en Europe a partir de l´an prochain. On l´accueillera a la maison quand il viendra !

L´autre fils de la famille, c´est gastón, il a 5 ans, il est souriant et on comprend quasi rien de ce qu´il nous dit. Il parle trop vite pour nous !!! 😉

Sinon, il y a une fille, Andrea (oui, aussi), qui n´est pas tres causante, mais qui nous a preté sa chambre les 3 premiers jours. Merci !

Andrea et ses "ñoqui" maison

 

José Luis qui se marre quand Philippe fait les betises

 

Gastón qui fait le clown pour nous

On a fait une journée zoo et musée Eva Perón, le symbole argentin du socialisme.

Puis, le fameux dimanche, on est allés planter nos arbres. Cinq pour Philippe et 4 pour moi, parce que moi je suis moins baleze. Et en fin de compte, on rencontre un couple argentino-francais dans les 5 dernieres minutes, et puis c´est tout. On ne se sera pas vraiment fait de copains. La, ou on est decus c´est qu´en rentrant on apprend qu íl y avait un repas de famille chez la « Abuela » – la grand-mere, auquel on aurait été invités si on avait été présents… Flute de flute…

Bon, en meme temps c´était quand meme une journée sympa, on a vu du tango sur la place Dorrego, et de l´artisanat tout le long de la rue Defensa. J´en ai d´ailleurs profité pour m´acheter un Maté et sa « bombilla » – paille en métal. Ici, les argentins en son fous. Ils ne boivent quasiment que ca (ca, et des litres  de soda). Quand on va dans un supermarché, un rayon entier est réservé a l´herbe a Mate !

Admirez le jeu de jambes !

 

Amuseur public dans la rue Defensa

Pour notre derniere journée de visite, on est allé au cimetierre de Recoleta, le quartier le plus huppé de Buenos Aires, pour y voir essentiellement la tombe d´Eva Perón. Il faut savoir que son corps a été démenagé 3 fois avant d´etre finalement déposé dans le caveau familial, 24 ans apres sa mort…

Puis, musée des beaux arts, absolument magnifique. Il faudra y revenir pour visiter le rez-de-chaussée fermé en ce moment.

Question gastronomie, c´est bien chouette. On mange de la viande en Argentine ! Et pas qu´un peu. La spécialité c´est l´ »Asado« , ca veut dire viande au barbecue. Et nous aussi ! Il y a aussi les empanadas, dont voici notre founisseur officiel : Ernesto et sa fille qui les font a merveille.

Ernesto et sa fille Pamela

 

Les empanadas

 

Notre 1er Asado

Ils font aussi du vin, le Bife de Lomo qu´on n´a pas encore gouté… Bref, on vous reparlera de bouffe rapidement 😉

Et puis ca sent la fin de notre séjour a Buenos Aires dans notre gentille famille.

On leur a trouvé des cadeaux et on les leur offre lors du dernier soir.

Jorge est tout touché du dictionnaire francais-espagnol ! Et nous on est content de participer a l´apprentissage d´un si bon étudiant. Et puis, on lui a aussi créé un cahier de bord de couchsurfing pour que ses futurs invités puissent lui laisser un mot.

Pour la famille, on a offert une bouilloire électrique, comme le feu au gaz est tres lent. Et une double prise pour ne pas a avoir a débrancher le frigo quand on veut faire marcher le micro-ondes. Pareil ca leur a plu.

La famille !

Au moment de partir, on a recu un livre chacun de la part de la famille, avec une dédicace adorable. Et Andrea a eu les larmes aux yeux en nous disant qu´elle avait adoré nous avoir a la maison. Puis Jorge, lui aussi. Nous on était émus aussi, et il a fallu qu´on se sauve avant qu´on fonde tous en larmes…

Et puis on est allés en ville s´engouffrer dans notre bus direction Córdoba… On reviendra…!

Photos en vrac :

 

copain de Gastón

 

Hotel

Le chat qui a une tumeur

 

baladeur de chiens dans Buenos Aires (métier en vogue !)

 

Philippe qui fait son Fangio

Pour voir qui est Fangio, on clique ici

A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Amerique du sud, Argentine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Buenos aires, la belle aventure latino

  1. Julien dit :

    Hello les zamis,

    Alors vous avez pas lu Jules Verne (« le tour du monde en 80 jours ») ? C’est ce qui arrive quand on fait un tour du monde d’est en ouest, y a un moment où on gagne un jour sans s’en rendre compte!
    Si vous écrivez un bouquin en rentrant (« le tour du monde en 800 jours ») faudra glisser cette anecdote qqpart.

    Bonne continuation en Amérique du Sud.
    Si vous allez au Chili faites gaffe ça tremble encore pas mal :
    http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/usc0003wdc.php
    http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/usc000405g.php

    On vous embrasse,

    Julien.

    • Fadia dit :

      Salut Ju,

      Merci encore pour ton oeil vigilant. Non, on ne va pas tout de suite au Chili, on est trop bien en Argentine !
      Et pi sinon… voila, notre inculture littéraire est demasquée !!! Non, on ne l´avait pas lu… Et d´une certaine facon, c´était plutot super impressionnant comme situation… pas si mal qu´on en ait eu la « surprise ».
      Meme si, on aurait du s´en douter…
      Des bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>