La Paz… de nouveau le souffle coupé

(du 4 au 12 septembre 2011)

Arriver à La Paz, ca voulait dire un long… long trajet…

Pour rappel, on partait du nord du pays, l´extreme nord tropical du pays. On a donc eu droit a 15 heures de bus, dossier à peine inclinable. Je vous raconte pas la nuit ! Les pieds gonflés quand on arrive a Rurrenabaque…  Eh oui, on a à peine fait la moitié du chemin là. Après une douche et une nuit à l´hotel on enchaine sur un autre bus de 20 heures cette fois-ci ! Toujours sans siege confortable. Le confort ne se paye pas ici, il n´existe tout simplement pas dans cette partie du pays.
Néanmoins, durant le trajet, on assiste aux Chaqueo, ce sont des feux déclenchés par les paysans en periode de secheresse, parce qu´ils pensent que la fumée va créer des nuages puis de la pluie. En attendant, le paysage est dévasté. On a aussi vu des dizaines et des dizaines de crocodiles… mais le spectacle était tellement impressionnant que je n´ai pas pensé à les prendre en photos.

Bref, arrivés à la Paz, on est un tantinet fatigués ^^  et pour une des rares fois depuis le voyage, on se paye un hotel super confort, et assez cher…  Eh bien on n´y restera qu´une nuit : la douche est électrique et donne des coups de jus quand on touche le robinet. Pour le coup Philippe trouve ça insupportable. Le petit dej inclus est assez minable. Et nous, on est un peu des pinces en voyage…  Alors on se déménage.
Là, je ne dis pas que ça a été facile… au vu de la gastro que je commence gentiment…  Philippe est là pour s´occuper de moi. Puis je vais mieux et là c´est lui qui va pas bien. Puis ça revient pour moi… bref, on a joué au yoyo comme ca pendant 7 jours…!  Jusqu´à ce qu´on s´aperçoive que l´on se faisait une intoxication alimentaire aux sandwichs qu´on mangeait religieusement chaque soir !
Oui, je sais , on a été longs à la détente. Mais dans nos tetes, on est passés par toutes les hypothèses :  « ah ! Mais ça doit etre l´altitude, ça va passer… »   » Ah ! c´est la glace qu´on a mangé, c´est sur, y avait des glaçons dedans ! »… etc…

Fadia malade

Mais que je vous rassure, on a quand meme pas mal profité de la ville, qui, on peut le dire, nous a enchantée !!!  Et ce, malgré nos indigestions, et malgré les maux de tetes dus au mal d´altitude et l´essouflement au bout de 10 pas…
C´est qu´elle est chouette La Paz, une vrai ville bien vivante, avec une vraie personnalité. Fini le plan en échiquier, ici, les rues tortillent, montent ou descendent (mais montent beaucoup quand meme…), sont pavées. On adore !
Et voici ce qu´on peut voir du haut d´un des points de vue.

Philippe et un pote de passage

Foetus de lama ( a enterrer sous sa maison pour porter bonheur)

Les boliviens aiment autant manifester que nous en France !

Le musée qui nous a le plus enchanté, c´est celui rattaché à l´Eglise San Francisco. Déjà, c´est un beau batiment, on a le droit à une visite guidée avec l´entrée et on apprend un paquet de choses sur l´histoire de La Paz, son indépendance, les indigènes. Et, très intéressant :  après l´arrivée des espagnols, la vague d´évangélisation a bien marché (surtout grace aux jésuites). Néanmoins, lors de la représentation du chemin de Croix (quand Jésus marche en portant sa croix pour arriver à son lieu de crucifixion), au lieu des Romains qui l´accompagnent, les peintres indigènes ont représenté des conquistador espagnols.
Le fait qu´ils aient accepté la religion chrétienne tout en manifestant leur rejet de ceux qui l´ont apporté montre la complexité de la relation colonisateur/colonisé.

Bon, on est aussi allé au musée de la Coca, lui aussi bien intéressant. En plus on l´a fait avec le bon mal de tete du mal d´altitude. Un comble alors que la coca aide à en supprimer les signes… On se promet d´en macher plein dès le lendemain !

Toujours sous le coup de ce satané mal de tête, nous sommes allés voir les ruines de Tiwanaku. Pour ne pas mettre de sous dans les poches d´une agence, on y est allés par nos propres moyens. Mais on a souffert. Mal de tete et fatigue ne nous ont pas empeché de prendre un peu de plaisir à la visite. Il s´agit de temples pré-incas, pas mal détruits mais dont l´ampleur est remarquable.

Et puis, on est aussi allés au musée ethnographique et folklorique, avec des masques indigènes super impressionnants (croyez-moi sur parole, les photos étaient interdites) et un film sur les étapes de fabrication de la laine d´Alpaca (le cousin du lama).
Le musée d´art moderne a donné des envies à Philippe. Vous en saurez peut-etre plus un jour ^^

Et puis… et puis… après en avoir parlé avec les ptits Suisses, Sophie et Nuno, on s´est laissés tentés par la descente en vélo de la Route de la Mort. C´est une route « bordée! » par des ravins allant jusqu´à 600  métres de profondeur et avec quasi aucune barrière de sécurité. Pour pimenter tout ça, elle est en descente tout du long, passant d´une altitude de 4700m à… 1200m !
Bon, elle porte son nom du fait des nombreux accidents mortels (sans dec´ ^^) survenus. Et tristement le dernier date d´il y a 4 mois, une japonaise. Du coup, on se promet d´etre très prudents, on traite avec une agence sérieuse et tout. Sauf que, manque de bol, je suis malade toute la nuit avant (je vous ai déjà parlé de nos sandwichs empoisonnés ???). Le matin meme, il est impossible d´annuler ou reporter et après quelques cachetons je décide de monter dans le minibus et voir comment je me sens. Et puis… finalement, après avoir maché de la coca en trajet, je me sens super bien lorsqu´on arrive au point de départ.
Journée super forte en adrénaline. On a une vue superbe tout du long. Et meme si les 5h de vélo sont éprouvantes, on est super contents. Le guide nous faisait ralentir aux passages dangereux, et on a fait quelques pauses salvatrices. Et en prime, après le déjeuner dans le resto « La Jungla », on a le droit à une visite guidée du jardin tropical, par Atila, un hongrois expatrié. Il ne connaissait pas le fameux dicton « Là où Atila passe, l´herbe ne repousse pas… » mais son jardin démontrait largement le contraire…

Et puis voila. On a aussi beaucoup regardé la télé à l´hotel, et surtout les 3 derniers jours où les sandwichs ont été les plus virulants. On a même dû reporter a 2 reprises notre départ de La Paz.
Finalement, on se met dans un bus un matin en direction de Copacabana… A nous le lac Titicaca !

Photos en vrac :

Encore une des nombreuses fetes...

Chocolat bio bolivien

A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Amerique du sud, Bolivie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à La Paz… de nouveau le souffle coupé

  1. david ramdany dit :

    ouaah !

    La Paz avait l’air bien cool en tout cas !!!!
    Et tout ça en étant malade, malheur aux sandwichs.. lol … vous me faites une piqure de rappel pour mes prochains voyages exotiques.

    Profitez bien !!! et bon courage à vous 2

    • Fadia dit :

      Salut David !

      sans nul doute tu seras moins loin a la détente que nous… on aura mis 1 semaine a s´en apercevoir quand meme ! ^^
      Bon et sinon comment va la vie nocturne parisienne ? Toujours en relation avec le monde du spectacle, non ?
      Tiens au fait, on passe a la radio de temps en temps, si ca te dis, je te previendrai les prochaines fois.
      Bisous
      Fadia

      • david ramdany dit :

        ça m’a fais trop plaisir de vous entendre.

        a bientôt alors :)

        biz de ma part et Sand.

        PS : on organise des soirées burlesque maintenant sur Paris…on fais partie du monde de la nuit lol

        • Fadia dit :

          Salut David et Sandrine !

          Ben oui on se voit tres bientot ! Nous on est super mais super content !

          Ah… le monde de la nuit… vous n´en etiez jamais vraiment sorti en fait, non ? :)))

  2. claire dit :

    mes pauvres, ça n’a pas du être facile cette semaine de gastro; je vous aurez bien chouchouter avec des p’tites bouillotes!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>