Ushuaia, bout du monde, bout du voyage.

(Du 14 au 20 novembre 2011)

Ushuaia, Nicolas Hulot, le shampoing, les rêves pleins la tête. C’est forcement dans cet état d’esprit qu’on arrive dans cette ville quand on est Français et qu’on a passé trop de temps devant la télévision. C’est un peu péremptoire mais comme c’est mon article à moi… j’ai le droit de raconter ce que je veux.
Pour la petite histoire, on est arrivés ici de manière presque catastrophique. Le bus qui a fait la trajet de Punta Arenas (Chili) à Ushuaia est tombé en panne et la gestion des 2 chauffeurs a été celle qu’on aurai attendu d’une équipe Népalaise si on avait eu les meilleurs préjugés du monde. Ils ont mis 7 heures pour faire mobiliser 2 bus de la ville voisine qui etait à 10mn d’autostop et ce sont les passagers qui ont eu l’idée d’aller chercher un téléphone dans l’estancia voisine au bout de 3h. Bref, c’est après avoir affronté tous les doutes jalonnant ce genre de pente glissante que nous sommes arrivés à Ushuaia à 3h du matin et non pas 20h30.
Cette arrivée tardive nous a mis bien mal à l’aise car on allait être reçu en Couchsurfing. En plus, le gars qui devait nous recevoir avait été convaincu par un de ses potes de re-tenter sa chance aprés deux experiences d’hébergement négatives. Mais le père Andres est une crème et quand on a réussi a le joindre a 22h30 il nous a tous simplement dit qu’on pouvait débarquer à n’importe quelle heure, que lui dormirai mais qu’il se leverai pour ouvrir la porte. Ça fout une larme à l’oeuil non ?

Le sejour à Ushuaia est émminement marque par le couchsurfing. Pour le 1er déjeuné a Ushuaia, il a été convenu de faire un Asado (Une grillade) chez Andres. On en a profité pour ramener 2 Suisses rencontrés dans le fameux bus de la veille. A mi-asado, voici Mario  qui débarque chez Andres et a fin-asado arrive Guillermo. Les 2 sont aussi du monde couchsurfing et c’est d’ailleur Guille qui a motivé Andres pour nous recevoir. De file en aiguille, Mario invite tous le monde a venir boire le café chez lui. Il parrait que la police se fout qu’on soit 7 dans la voiture… Ensuite balade le long du canal de Beagle. Pour ne pas en rester là, la femme de Mario, Stella, a demandé si on voulait manger chez eux le soir… Voila comment on passe le mach 4 mondain en moins de 24h. En fin de soirée, le programme est bien avancé. Le lendemain, nous ferons un diner francais, le sur-lendemain pic-nic au bord d’un lac et le sur-sur-lendemain diner Suisse et le sur-sur-sur-lendemain repas de fruit de mer. Comme la machine ne devait jamais s’arrêter, une autrichienne conviée au diner fruit de mer se donne la charge de faire un diner autrichien pour notre derniére soirée à Ushuaia, le samedi soir.

Pour tacher de consommer toutes ces calories, une balade a été organisée avec Guillermo. C’est quand même lui que nous avions contacté à la base et pas pour un logement, juste pour partager son gout des paysages d’Ushuaia. La balade a duré 4h, le temps de monter voir une lagune nichée dans un cirque montagneux. Ca a venté, ca a crachouillé, ca a même neigé quelques instants mais nous avons resisté au choc et quelques eclaircies ont permis de faire des photos potables. Comme le disent nos hotes, il faudrait plus d’une vie pour se taper toutes les balades à moins de 100km d’ushuaia, c’est vraiment un coin super. Il est assez frappant de remarqué que sur la dizaine d’habitant d’Ushuaia a qui nous avons parlé, plus de la moitié ne sont pas nés la. En plus, la plupart se sont installés ici suite a un sejour en vacance. Ushuaia possede un charme surpuissant.

Pour finir, nous avons fait un des classique de la ville : le tour de bateau dans le canal de beagle. Ca dure 4h, ca permet de voir des lions de mer (qui puent), des oiseaux et le fameux phare « les éclaireurs ». Sur une des iles, petite explication des uses et coutumes des autochtones disparu a cause de l’homme blanc. dans ce froid de canard, les indiens Yamanas vivaient cul-nu et s’enduisaient de graisse de lion de mer pour se rechauffer… à méditer. On vote plutot pour le couchsurfing.

A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Amerique du sud, Argentine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Ushuaia, bout du monde, bout du voyage.

  1. Namaste dit :

    Magnifique récit, magnifiques rencontres et magnifiques paysages. Un article tout simplement magnifique :)
    C’est tellement sympa de pouvoir découvrir une ville, une région, avec les locaux. Ça l’est encore plus quand ces derniers sont très amicaux ! C’est vraiment le meilleur moyen de se faire un avis sur un pays et sa population.
    Ça donne envie d’aller à Ushuaïa !
    Claire

    • Nous dit :

      Merci pour votre message !
      A ce moment du voyage, on a passé beaucoup plus de temps à profiter de nos rencontres qu’à visiter les villes…
      Il était temps pour nous de rentrer rapidement.
      Mais Ushuaia nous a bien plu aussi. Et avec cette « valeur ajoutée » de sociabilité !
      Bon (futur) voyage !

Répondre à Namaste Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>