El Chalten

( Du 24 au 27 novembre 2011)

El Chaltén est la capitale Argentine de la randonnée. Ça donne envie d’y séjourner assez longtemps pour parcourir tous les sentiers des environs, d’autant plus que de cette zone peut se voir, quand il fait beau, le fameux mont Fitz Roy.
Hélas, c’est officiel depuis quelques jours, le retour de Philadia est programmé définitivement pour le 10 décembre 2011, et le temps est donc compté avec sévérité, les étapes seront désormais courtes.

Nous sommes logés dans un petit Hostel fraichement ouvert et avons pris 2 lits dans un dortoir que nous partagerons avec un couple Australo-Neozélandais. Les lieux sont réduits au strict minimum et il n’y a pas encore Red Hot Chilli Peper a fond toute la journée, ça sera supportable. L’avantage de ce genre de lieux c’est qu’on s’y fait vite de nouveaux potes. En l’occurrence, le couple du dortoir, des allemands et un Australien de 55 ans qui en est à son 10ème grand voyage entrecoupé par son travail d’instituteur. C’est LE personnage mythique du moment : guitare à la main il peut chanter Jacques Dutronc ou d’autres fantaisies. Ses anecdotes croustillantes sont des perles : 1ers voyages en Inde, 1 vache dans sa chambre d’hopital, ou de l’intérêt de parler vietnamien et dire à ses élèves « je vais en parler à ta mère » dans la langue pour qu’ils comprennent bien que si sa mère ne parle pas anglais et bien le maitre, lui, il parle vietnamien !!!!!!!!!! Sacré Shane… on se revera à Paris, déstination obligatoire de ses grands périples.

Bien sûr on a fait une grande balade. La plus grande d’ailleur: 8 heures. C’est le coté décevant de El Chalten Capitale de la randonnée. Il n’est franchement pas nécessaire de camper pour profiter de tout. Lors de cette balade nous avons croisés 3 emplacements de campings tous situés à moins de 4h de la ville. Les paysages sont très beau c’est sur, mais pour le grand frisson de l’isolement total il faudra chercher ailleurs. Le temps était bien pourri lors de cette sortie. Accés au 1er lac fermé. Le 2ème lac était accessibles et les nuages assez hauts pour voir le glacier finir sa course dans l’eau. En redescendant au village le temps s’est découvert. A l’hotel, sur les coups de 18h30 Shane s’écrit  » putain, il est là le Fitz Roy » (Oui Shane parle aussi français et allemand). Quelle chance, le sommet Fitz Roy est peut être un des plus timides au monde, souvent caché dans un gros nuage. Ce soir là nous avons pu le voir prés de 1h30 : qu’est ce que le bonheur ???!!!???

Qu'est ce que le bonheur ??!!??

C'est bien lui : Fitz Roy!!!!

A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Amerique du sud, Argentine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à El Chalten

  1. Lilou dit :

    Magnifiques tous ces paysages ! Moi qui suis une grande adepte de randonnée, l’Argentine m’a toujours donné énormément envie.
    Avec tout vos articles c’est encore pire ! Vous avez pu voir tellement de merveilles, le retour à la réalité parisienne a dû être difficile !
    Lilse

    • Nous dit :

      On a vraiment beaucoup aimé ce pays oui, et c’est d’ailleurs celui où on est restés le plus longtemps : 5 mois cumulés !
      Néanmoins, lorsqu’on a fini par rentrer, c’est au moment où on s’est aperçus que l’on n’avait plus le coeur à visiter et qu’on s’attachait +++ aux gens que l’on rencontrait.
      De fait, le retour en France s’est fait tout souplement. On avait eu notre saoul. Et en quelque sorte, arriver à Paris, avec nos nouveaux yeux faisait aussi partie du voyage !

Répondre à Lilou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>