Notre bonbon: les iles Andaman

(20 mars au 7 avril)
Embarquement a Chennai
Embarquement a Chennai

Apres 3 mois d’Inde et une bonne dose d’epuisement physique et psychique, notre desir de fuite a ete mis a mal par la decouverte de l’existence d’un archipel d’iles paradisiques qui dependent de l’Inde : les Andaman.

Bon, c’est vrai que Philippe et moi, on court pas après la plage habituellement, mais la, on s’est dit “tiens, pourquoi pas ?”, d’autant plus que notre budget indien etait loin d’etre epuise.

Pour aller aux iles il faut tout de meme surmonter une 1ere etape : se taper un bateau blinde d’indiens pendant 60 heures. Nous on a quand meme eu l’impression d’etre des animaux en cage, parce que, pour vous faire un tableau, on etait 6 caucasiens avec 994 indiens, et chacun de nos deplacements etait avidement examine par au moins la moitie du bateau. Un peu genant dirons-nous. Mais quand les yeux s’arretent a la poitrine et aux fesses, la, on commence a en avoir vraiment… (restons poli…) ras-le-bol. Bon dans notre malheur, nous avons eu une cabine que pour nous 2. Et quand on a vu l’etat de la cabine de nos voisins en quittant le bateau… on peut dire qu’on a ete chanceux ! Un depotoir.

Bref, nous voila donc arrives frais et pimpant a Port Blair, qui ressemble bien au continent indien de 1er abord. C’est l’ile–ville, a partir de laquelle tout doit transiter. On est un peu desappointes parce que rien de tres sympa ici, et il faut attendre demain pour pouvoir prendre un bateau pour Havelock. En se baladant, on fait la connaissance d’un type assez extraordinaire : Andrej. C’est un polonais d’une soixantaine d’annees qui vadrouille assez pour repondre sur les formulaires que son boulot est “touriste”.

Andrej

Andrej

Il est assez dejante pour avoir marche 15 mois, de la Pologne jusqu’au sud de l’Inde, pour retrouver Amma, la gourou d’un Ashram hyper connu ici. On partage une chambre avec lui et discutons pas mal… en… eh bien, c’est ce qui est assez bizarre, parce qu’on a parle anglais, allemand, francais et hindi en meme temps. Le type est vraiment super nul en anglais mais arrive a se faire comprendre extremement bien malgre tout. Le soir, on partage donc une chambre avec lui ce qui finit par en faire quelqu’un de tres attachant pour nous.

Back side

Back side

Le lendemain midi on part pour Havelock et faisons la connaissance d’une parisienne venue tout juste de France pour retrouver aux Andaman une amie voyageuse au long cours. On est donc accueilli par une connaisseuse de l’ile et grace a une de ses connaissances, trouvons a nous loger hyper facilement a 10 mn du port et pour 50 rp ! Bon, evidemment ca n’est pas le grand confort : il s’agit de huttes toutes simples, mais… la plage est a 30 metres. On decide de rester la pour cette nuit et trouver quelque chose de plus confortable demain…

Vanessa et sascha

Vanessa et sascha

Un couple d’allemand arrive au meme moment et decide la meme chose.

Nous resterons tous les 4 une dizaine de jour finalement…^^

Entre Shook, le fils de la proprio, qui est super souriant et gentil, le prix imbattable et notre position strategique entre le port (ou on prend souvent nos repas) et le village numero 3 (ou on prend aussi souvent nos repas mais ou se trouvent la superette et tout l’toutim)… on se plait extremement bien au Smile Garden.

Et puis, on s’entend‘achement bien avec Sascha et Vanessa, nos nouveaux copains. Ca confirme ce qu’on s’etait déjà dit avec Philippe : on aime bien les allemands.

On s’est fait d’autres nouveaux copains

Bebe chat d'Andaman

Le nouveau copain de Philippe

Le snorkelling et moi avons fait connaissance a Havelock, sur Elephanta Beach. Et c’etait fantastique. Bien sur avant de savoir coordonner comme il faut la respiration, l’expiration et la plongee, j’ai picole un peu d’eau de mer, mais ensuite, c’est hyper plaisant.

Alors on a recommence a la plage numero 7 (la plus connue) et… (le summum de l’extraordinaire) a South Button. Pour cette 3eme sortie il faut se taper un bateau a moteur petaradant pendant bien 2h30… mais ca vaut le coup. On avait emmene cette fois-ci Stefanos, un slovaque arrive un peu plus tard au Smile Garden. Sa version des faits m’a fait mourrir de rire, meme si pour lui ca a plutot ete un cauchemar. Il a ete completement effraye en regardant les profondeurs a travers son masque et a eu l’impression que les poissons allaient le bouffer ! Le pauvre…

Par contre, c’est vrai que le 1er coup d’oeil des fonds marins a South Button est a couper le souffle : juste au pied du bateau, des centaines de poissons jaunes suivis par une foule d’autres multicolores, et un corail comme dans les reportages de thalassa. On reste dans l’eau 2 heures sans s’en rendre compte dans ces conditions. Alors evidemment on a chope des coups de soleil a l’arriere des jambes, avec la belle trace de la combinaison a mi-cuisse. So glamour.

On a quand meme eu une belle poussee d’adrenaline tous les 4 le soir du 30 mars.
Pendant qu’on prenait l’apero sous le grand auvent du Smile Garden, apres un bref cri de Stefanos, on s’apercoit tous que les pilliers et le toit oscillent fortement. Oups ! L’etait un peu fort ce rhum ? Non ! On est en train de vivre un Tremblement de Terre ! Panique generale jusqu’a ce que l’un de nous crie aux autres de se mettre sous les tables… Ca se calme rapidement mais Stefanos nous dit de ne pas bouger parce que ca va recommencer dans 30 secondes. Il a vu des films vous comprenez… Bon, pas de nouvelle secousse, mais nous on reste bien agite par ce qu’on vient de vivre. On se precipite sur la route pour voir les autres habitants. Personne, si ce n’est une armee de fourmis geantes. Il y en a beaucoup, et vraiment enormes. Derangees par la secousse probablement.
On decide de se rendre a l’hotel voisin pour savoir s’ils connaissent les previsions, si quelque chose de plus fort est attendu ou pas. C’est la 1ere fois du voyage qu’on est aussi coupe d’internet et on regrette un peu sur le moment…
Ils ne sont au courant de rien, mais nous disent que les tremblements de terre sont frequents.
On va donc sur la plage pour voir si la mer est toujours la…
En effet, 2 jours plus tot, Shook nous a raconte le tsunami du 26 decembre 2004. Il y avait beaucoup de gens endormis sur la plage apres la fete de Noel. Ils ont ete reveilles lors des 1eres secousses et, 1ere surprise : la mer qui se retire… completement… sur plusieurs kilometres au loin. A tel point que l’ile d’en face devient accessible a pied !
La ou certains s’emerveillaient de voir des poissons par milliers hors d’eau et se rejouissaient deja de la peche facile… d’autres commencent a prendre conscience de la catastrophe qui est sur le point de les saisir a peine eveilles ! La mer qui se retire n’est autre que la vague gigantesque avancant vers les cotes ! Et la il faut faire vite, et courir se refugier dans les montagnes au centre de l’ile !
Il n’y aura pas de victimes sur cette ile, mais des milliers d’autres sur les iles Nicobar faisant partie du meme archipel. Bref, arrives a la plage, on est bien rassures de voir que la mer est toujours la… On rencontre un habitant voisin venu inspecter lui-aussi. Il nous raconte sa version du tsunami et la hauteur des vagues… pendant qu’un long frisson nous parcourt l’echine… brrr…
[merci a Ju, notre sismologue prefere, de m’avoir permis de reparer cet oubli ^^]

Magot de notre peche de nuit

Magot de notre peche de nuit

A partir de la on peut dire qu’on a passé du bon temps dans un endroit assez extraordinaire. Du sable blanc tout fin, une mer turquoise et toute chaude, des routes quasiment desertes, et donc pas de klaxon !!! Le paradis sur Terre. En plus nos compagnons allemands sont plus que sympa, et les veillees sont tranquilles et bavardantes. Un peu de rhum accompagne les mangues glanees aupres des proprio des maisons voisines. La baignade est a 2 mn de marche de notre hutte. Bref, on est bien bien. Un soir a la montee de la lune, qui il faut le dire est e-nor-me, on accompagne Shook et sa mere a la peche de nuit. C’etait hyper excitant, on a chacun eu au moins 1 poisson avec un fil et un crochet minable au bout, comme quoi. Et le lendemain midi, on a fait un festin de notre peche ! Y a pas a dire, le poisson qu’on peche soi-meme a un autre gout ^^.

Quelques rebondissements tout de meme… comme quand on a dit adieu a Sascha et Vanessa, tellement depites qu’on est reste a glander devant nos huttes. Ils partaient pour une autre ile… jusqu’a ce qu’on les voit revenir, mi-decus, mi-contents. Les employes du port ont egare le permis de sejour sur l’ile de Sascha au moment du controle d’embarquement… et les ont donc empeche d’embarquer… Sale histoire. Mais, sans trop se l’avouer ils etaient tristes de quitter nos petites soirees et virees a la mer ensemble… L’un dans l’autre on etait tous contents de se re-retrouver !

Malgre tout pour chasser un peu l’amertume de cette histoire compliquee, on s’est empresse de proposer une sortie snorkeling : la fameuse de South Button. Un tres bon medoc contre l’amertume !

3 jours plus tard, nos copains etaient definitivement partis, et nous avons decides d’aller voir sur une autre ile si la vie est plus belle… On a ete plus chanceux sur l’embarquement, et 2h de bateau plus tard, nous voila dans notre nouveau chez nous… on se loge dans le resort a l’extremite de l’ile, dans une hutte voisine de 2 soeurs allemandes : Maren et…

Decidement on est bien encadre. On retrouve aussi un polonais, Philip, qu’on avait déjà apercu sur Port Blair. Ce gars est peintre de profession, hyper hypochondriaque (decouvert après que je lui ai dit etre medecin… oups !) et est assez original. On le croisera lors de tous nos deplacements, y compris aux fin fonds de l’ile… il est partout ! Un jour qu’il se plaignait encore de son rhume et me demandait une enieme fois si il devait prendre des antibiotiques… il me demande, en me la montrant, si une gousse d’ail serait bonne pour l’aider a guerir… Je lui reponds que ca ne peut pas lui faire de mal… et au moment ou je me tourne de nouveau vers lui, je vois le type en pleurs et reniflant en train de se frotter la gousse d’ail dans le nez !!! Mon dieu, la crise de rire que j’ai eu un mal fou a refrener ! Evidemment je me suis eclipsee dans la minute pour aller raconter les moeurs polonaise a Philippe et nos copains belges, Mickael et Isabelle. Morts de rire tous les 4 ! Ils sont flamands mais ont appris le francais dans un second temps ; comme nous, ils vadrouillent autour du monde et on se decouvre une destination commune juste après l’Inde : le Nepal. On essaiera de s’y retrouver.

Dans ce resort on retrouvera aussi toute la bande du bateau Chennai-Andaman : 1 francais, a mexicain, 1 finlandaise, 1 russe. Leur groupe s’est greffe a un belge musicien de profession et une australienne chanteuse… Soirees guitare et chansons inoubliables !

On arpente l’ile de long en large avec nos velos de location, ce qui n’est pas bien difficile vu sa toute petite taille. 20 mn dans les 2 sens. Un soir en rentrant je sens une odeur obsedante de fruit de Jacques… me basant sur mes narines, on rebrousse chemin et decouvrons une famille en plein travail de decorticage. Ils nous expliquent preparer un Puja, sorte de ceremonie religieuse hindouiste consistant en prieres et offrandes aux Dieux. On est immediatement invites a célèbre avec eux. Une belle lecon d’hospitalite !

Preparatifs du Puja (fruit Jacques)

Repas du Puja

En 1h on voit debarquer tout le voisinage et les offrandes prendre forme. Tout est beni par des prieres puis on partage le festin tous ensemble. Bon, moi qui ne suis pas contre ne manger que des plats sucres… eh bien la c’etait un tantinet trop pour moi ! Des bananes, du fruit jacques, du gateau de riz, des sauces… et encore des choses sucrees… Et puis tout le monde finit par s’eclipser petit a petit… et nous faisons de meme en remerciant chaleureusement nos hotes. Ils etaient assez contents aussi car on a bien servi d’attraction. Des que quelqu’un connaissait 2 mots d’anglais, il venait nous parler…

Le lendemain, on dejeune dans un petit coin tranquille ou on fera la connaissance de Loup, un francais sorti du systeme, qui vit entre les 2 pays en passant le plus de temps possible aux Andaman. Avec lui on va faire une belle viree snorkeling accompagnes de nos 2 copines allemandes. 2 vraies bout en train et pipelettes a fond la caisse… J’avais rarement “vu” ca.

Le gars qui nous accompagne parvient a pecher un poisson enorme (avec une ligne et un hamecon… et c’est tout !) que nous degusterons le soir meme dans le meme petit resto en plein air de la veille. C’est egalement la ou logent Loup et David, un anglais paysagiste, qui travaille en ete et vient aux Andaman des qu’il peut.

Le lendemain. suite aux indications du musicien belge on part a l’aventure dans une jungle luxuriante, avec des arbres enormes, pour trouver une plage toute deserte comme recompense. C’est pas que l’ile soit blindee, hein, juste je crois que c’est toujours un peu pareil, on est a la recherché d’un peu d’exclusivite. Bon, on s’est bien perdu un peu quand meme, c’est la jungle tout de meme.

On se sent tout petit

Et arrives la-bas, sieste pour tout le monde, baignade et rencontre d’un pecheur.

La playa !

Encore un magnifique coucher de soleil...

Fadia et Philippe tour du monde

Apres la jungle on suit les allemandes jusqu’a la plage numero 3 ou on dejeune puis on se rebaigne. Epuisant ce rythme ^^

Hummm… une noix de coco bien fraiche !

Voila la petite vie tranquille des iles Andaman… Mais toute bonne chose a une fin… on repart vers Port Blair accompagnes des allemandes, de Philip et de Loup.

Ca sent la fin...

On assiste au travail d’embarquement de fruits et legumes de l’ile…

Embarquement de denrees… a la mode indienne

Le soir meme, on embarque direction Calcutta avec Loup et Philip

Nos copains dormiront sur le pont dans leur hamacs et nous dans notre cabine privee.

Mais bateau infeste de cafards pour tout le monde !

Bateau vers Calcutta (avec Loup)

Philip, le polonais, et le capitaine jouent a "la croisiere s'amuse"

A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Inde, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Notre bonbon: les iles Andaman

  1. Julien R. dit :

    Et le clou du spectacle : le séisme ?
    Heureusement que j’ai eu les commentaires en quasi-direct sinon j’aurais été tellement frustré 😉

    C’est quoi la prochaine étape après le Japon ?

    • Nous dit :

      Eh ! Mais C’etait pour voir si tu suivais bien sur ! ^^
      Non sans blague, merci d’etre notre cerveau pour cet oubli malencontreux… vais reparer ca des aujourd’hui !
      On part dans 10 jours a Tokyo pour faire un visa… chinois ! Eh oui retour dans le pays du milieu (ou soit dit en passant, le blog sera bloque, mais bon…)
      C’est pour ca qu’on essaie de carburer en ce moment…
      Bisous a vous 4 les loulous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>