Puerto Madryn à la recherche des baleines

(Du 3 au 6 novembre 2011)

Tous le monde va a Puerto Madryn pour visiter la fameuse Péninsule Valdés où viennent gîter des milliers (Millions ?) d’animaux marins à partir de septembre. L’accueil en ville n’est pas spécialement chaleureux, mais peut être est ce à cause des touristes qui ne sont pas là pour les relations humaines, mais pour les relations animales.

Pour faire simple et efficace dans une ville qui ne vaut pas le détour, il faut lacher un bon billet pour payer un tour organiser : peninsules Valdes + tour en bateau a la recherche des baleines. C’est ce qui fût fait.

Le tour commence le matin vers 8h. Un minibus passe à l’hôtel muni d’une guide bilingue bien sympathique. 3 arrêts du nord au sud de la côte est de la peninsule nous ont permis de voir ou d’appercevoir pas mal de bestioles : tatou à poils longs, éléphants de mer, loups de mer, pinguins de magellan, renard gris, sorte de campagnol, sorte de migale, lezards bleus ou jaune selon l’humeur, nandou de Darwin, mara, guanaco, orques, dauphins et baleine franche australe. Une bonne journée pour faire avancer notre culture générale animalière. Bref, les sous-sous ont pas été dépensés pour rien.

Baleine. Le clou du spéctacle, c’est le tour en bateau pour aller voir les baleines. Le grand bateau pour 60 personnes nous attendait sur la plage de Puerto Pyramide, ville qui semble plus sympathique de Puerto Madryn (Erreur stratégique de notre part). Ici il n’y pas d’embarcadèresç, des tracteurs déposent et sortent de l’eau les bateaux d’exploration. La petite équipe de guide qui nous gère fait un petit speech en début de ballade pour nous expliquer le fonctionnement du bateau et commencer a gèrer les ardeurs de ceux qui se voyaient déja courrir d’un pont a l’autre du bateau pour faire les meillerus photos au risque de faire tomber des copains à l’eau et sans se render compte que le vacarme sur le pont est un bruit qui se transmet dans l’eau et effarouche nos cousins mammifères marins. Ceci fait, une fois le bateau incrusté et accepté dans la zone de vie des baleines (Tout l’art du capitaine), on se retrouve avec plaisir, une bande de 60 touristes, calmes et presque aussi silencieux qu’une classe de grande section de maternelle pendant la sieste. Pour le coup, ce sont les guides et le capitaines qui ne réussissent pas á réprimer leur cris pour nous indiquer quelques saut de baleines. Globalement c’est donc dans un calme divins que nous pouvons admirer les passages à l’air (Nez, bouche, dos, parfois une énorme queue) des mamans baleines toujours accompagnées de leur unique petit. Le capitaine qui est plus haut que nous, anticipe les sorties des baleines en cherchant leur silhouette dans la profondeur des eaux. C’est parfois un grand soufle gras et doux qui fait tourner la tête vers une baleine située à 40m de nous. Aux oreilles, ces soufles beignent dans l’écrin de calme d’une mer au soleil couchant.
Il semble que nous ayons eu beaucoup de chance en voyant un bébé baleine blanc (Non pas l’espèce baleine blanche). Les quelques 5 spécimens qui maissent chaque année ici ne sont pas des albinos. Leur couleur blanche ne percistera pas plus d’un an.

A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Amerique du sud, Argentine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Puerto Madryn à la recherche des baleines

  1. Julien dit :

    Je ne suis pas un spécialiste des baleines en revanche je sais de source sûre qu’au contraire d’une petite voire d’une moyenne section, une classe de grande section de maternelle ne fait PAS la sieste 😉

    A (très) bientôt,

    Julien & family Rey.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>