Osaka, plutot deux fois qu’une.

Du 16 au 20 aout et du 1er au 8 octobre 2010

En arrivant a Osaka, après le séjour chez Hiroshi san, on savait qu’il était fort possible que nous passions 2 fois par ici. Pour retourner en chine par Shanghai, le bateau part d’Osaka. C’est bien ce que l’on a fait. Craig, l’hote couchsurfing, nous a ouvert deux fois sa maison, gentillesse parmi les gentillesses.

Osaka a été le premier endroit ou nous avons couchsurfe. Le couchsurfing, c’est un squate organise. D’un cote, une bande de voyageurs qui aimeraient se faire héberger plutôt que de profiter de atmosphère froide d’un hôtel. De l’autre cote, des gens qui ont une maison et ont envie de rencontrer du monde, en général des voyageurs avec plein d’histoires de voyage a raconter. Accessoirement, hébergeur se fait héberger un jour ou l’autre, quand c’est lui qui voyage. Pour relier ces deux bandes, il y a un site internet d’origine anglo-saxone qui s’appelle couchsurfing (surfer les canapés). C’est beau, ca marche, c’est un monde plein de gens gentils. C’est sur qu’on ouvrira nos portes en rentrant en France, on se l’est promis.

Craig avait donc accepte notre demande hébergement et avait envoyé la diatribe permettant de trouver sa demeure a Osaka. Après un coup de métro et 20min de marche, on est rentre dans la grande barre en béton ou il habite avec ses 2 colocataires. Il était dans les11h30 et un autre couchsurfeur finissait sa nuit dans le coin du salon attribue aux voyageurs le soir venu. On a tout découvert d’un coup, Craig, ses 2 colocs, l’autre couchsurfeur, bref une vraie maison du Bonheur. Comme rien ne vaut une ballade pour discuter, on est parti avec Craig au supermarché du coin pour acheter a manger. Ça a permis de papoter tranquillement en rigolant. C’est toujours rigolo un supermarché japonais non ? Craig est chef de service dans une école de langue japonaise. Son travail consiste a manager les professeurs en place et recruter de nouveaux profs car il y a un peu de turn-over. Craig parle anglais (Il est Australien), Allemand, français, italien, japonais, chinois et thai. Nous sommes petits. Arme de toutes ces langues, de son humour et de son flegme “anglo-saxon”, Craig semble etre un manager hors paire. Il assure suffisamment bien pour pouvoir se permettre de vivre en collocation avec 2 de ses profs. Son chef a la maison pour voir  a quelle heure on part travailler ? Ils l’ont fait, ils ont aime. Bravo ! Quand nous sommes revenus la 2eme fois, un des coloc avait change. C’est Mark que nous avons connu le plus après Craig. Mark est un canadien de 25ans, il ne parle qu’une seule langue, l’anglais. Pourtant ca fait 2 ans qu’il habite au japon et a eu quelques occasions de faire des cours de langue en privee mais… C’est comme ca. En meme temps Mark est Chrétien et fier de l’etre. Qui ne croit pas a Adam et Eve est dans le faux. Que faut il penser de tous ces japonais voues a l’enfer ? Dote d’une ouverture d’esprit (hors religion), assez grande, il fait sa vie au japon tranquillement et nous nous entendons bien avec lui. C’est un gars bien, il aime le couchsurfing, rencontrer des gens nouveaux dans son salon tous les jours. C’est sur qu’il faut aimer ca pour vivre en coloc avec Craig. Je crois que nous étions les 70 eme a être passe chez eux. Un pic est connus avec une bande de 8 filles dans le salon pour 2 nuits. Il y avait queue a la salle de bain.

Les deux sejours représentent 9 jours pleins a Osaka. A part 2 journées de glande, il y a eu pas mal de ballades et visites. Osaka a différents visages. Il y a le quartier de “little America”, il y a la zone a cote de la riviere Yodo avec l’ile au milieu très sympa. Il y a eu une ballade a sur le bras de rivière qui passe a cote de chez Craig. On a meme reussi a faire un jogging un matin par la. Il y a des musées et des zones commerçantes.

Rue informatique et Hi-Fi.

C’est pas qu’on soit trop porte achat ces temps-ci. Même a Paris on est pas trop Geek. Mais comme c’est le japon le temple du High-tech, c’etait sympa de s’enfiler une rue entière dédiée a ca. Pas grand chose de transcendant en général : un portable est un portable, un lap-top est un lap-top, un appareil photo, un camescope… Une chose restera tout de même marquée. Depuis que la France s’est séparée de nous, un objet High-tech a fait sa pousse commercial : l’ecran 3D avec lunettes. Huit mois sont passes et le japon est généralement en avance sur l’europe dans cette matière. C’est donc a Osaka qu’on a essaye la première fois les télés 3D. Le cinéma 3D avait été teste a Cochin en Inde pour voir Avatar, mais c’est déjà du passé. Maintenant la 3D c’est chez toi,dans ton salon, avec tes lunettes. Pour faire encore mieux, on a eu l’occasion de tester une console de jeux 3D (je sais plus laquelle mais peut etre une PS quelque chose). On a pris les manettes après 2 ados, bien installes dans un petit canapé 2 places (C’est le japon…). La première impression était décevante, effet peu perceptible, ce jeux de course en buggy entre la jungle et la plage cocotier ne faisait vraiment pas de sensations nouvelles. La révolution ne voulait pas nous atteindre. Ensuite, une vendeuse est venue allumer les lunettes et configurer la console en mode 3D. C’etait déjà plus drôle. Néanmoins, et ce la ne regarde que moi, la 3D ne m’impressionne pas des masses. Oui, les objets ont du volume dans l’ecran, mais j’ai pas l’impression de plonger ma tête dans l’ecran. Il faudra continuer de réfléchir a ca.

Musée EDO.

C’est récurent au japon, il y a des musées EDO. C’est un musée ou est généralement reconstituée la vie japonaise de la fin de la periode EDO. En gros vers la fin des samouraï, 2eme partie du 19eme siècle. Celui d’osaka est particulièrement intéressant. Le musée prend le 8 et 9eme étage d’un immeuble du “centre” d’osaka. Un étage est consacre aux expositions d’objet et petite maquette reconstituant des scènes de vie japonaise. L’autre étage reconstitue un quartier entier d’Osaka sous la période Edo. 1500m2. Des magasins d’artisan, des maisons de particuliers, WC public etc. On peut rentrer Presque partout. En plus il y a un univers sonore et lumineux. En l’espace de 45 minutes, une journée a défilé. La lumière est projetée sur le plafond courbe. Champs du coq, étoiles, un orage d’ete, tout y est passé, c’est très bien fait, rien d’etonnant car nous sommes au japon.

Musée des céramiques.

Le japon, comme la chine, comme pas mal de pays d’asie, aime la céramique. Ce musee situe sur l’ile du cote de Naniwabashi, rassemble des collections du japon, de chine, de coree et de russie. On y est allé un jour pluvieux, très pluvieux. Deux mois avant, on avait fait un cour de poterie dans le village des Fukuda. On avait donc les sens en éveille pour apprécier la difficulté technique pour réaliser certaines formes ou bien le secret de magicien permettant d’obtenir telle ou telle couleur a la cuisson. On est pas des pros, mais ca permet de passer un bon moment.

Anniversaire de Fadia.

C’etait le 6 octobre et on voulait faire un truc sympa malgré les évènements du jour. A savoir que la CB était bloquée, que nous avions du appeler en France pour la débloquer et que le billet de bateau pour la chine était passé de l’etat non-booke, a booke, a doublement-booke puis enfin normalement-booke en quelques heures. Une des rares fois ou on a vu des japonais merder… Bref tous ces tracas ont mange la journée. On est parti au port pour s’aerer et on a fait un tour de grande roue. Tout en haut de la roue, j’ai offert le partie chocolaté de son cadeau a Fadia. Ca marche toujours… On est passé dans le centre commercial de la gare centrale pour trouver une gâteau au chocolat d’anniversaire. Il y avait le choix car tous les grands cuisiniers et pâtissiers de France et de Navarre ont compris depuis longtemps que le japon a besoin d’eux. Dans une pâtisserie française d’un gars certainement connu sauf de nous, on achète un gâteau alléchant. On a attendu que Craig rentre du boulot (1h30 du matin) pour manger le gâteau avec lui. Comme il a la classe, il avait acheté une petite bouteille de Moet et Chandon. Comme il se doit pour un anniversaire Fadia-esque, nous avons chante “joyeux anniversaire” dans le plus de langue possible. Après on s’est mis a papoter avec Craig, de la vie, de notre vie, de la sienne. Pleins de trucs profonds et intéressants qui font que cette soirée d’anniversaire sans famille mais avec Craig  etait vraiment particulière et inoubliable. C’est au japon que Fadia a eu 30 ans et ca ne s’oublie pas.

Magasin d’insecte.

Les japonais sont des fous, c’est pour ca qu’on les aime. Dans une petite rue sur le chemin non-direct entre le métro et la maison de Craig, il y avait ce magasin pas commun. C’est un magasin dédié aux gros scarabées cornues et aux petits scarabées colores. C’est un hobby japonais parmi d’autres. On peut acheter son scarabée éclos ou bien acheter une grosse larve blanche dans un bout de terre qui fera place a un scarabée d’ici quelques mois. J’ai repéré au moins 2 magazines spécialises en vente dans le magasin, ca veut bien dire qu’on peut pousser sa passion assez loin si on le veut.

Le boulot de Craig.

Craig passe excessivement de temps au boulot et comme il doit contacter des gens al’étranger pour le recrutement, il fait des horaires décalées : 13h a 1h30 du matin. Il a quelques français dans son équipe (peut être 4 ou 5)avec qui il parle français. Avec nous il parle anglais. Ça nous flatte, les français de son boulot ne font pas l’effort… A force de nous parler des frenchy (Jerome G etc…) il a voulu qu’on visite les locaux pour les voir en vrai et leur toucher un mot. Il faut dire qu’on avait bien rigoler comme Craig est friand d’expression française pour faire marrer la compagnie. On lui a appris des petit trucs a placer dans des contextes particuliers. “je suis pas madame soleil”, “être a Bab’el oued”, “être un Pierre Richard” sont les perles qui ont fait fureur dans la bouche de Craig. On a découvert l’univers de travail de ces “professeurs”. Ils ne voient jamais les élèves en chair et en os. Ils enseignent a partir d’une petite “cellule” avec un ordinateur et une camera. Les élèves ont le même système chez eux et peuvent prendre un cour de langue en se posant dans leur canapé de retour du boulot sans avoir besoin de ressortir. Le cours est pré-mâché aux “professeurs” qui sont essentiellement payes pour leur prononciation parfaite. Bien articuler est la plus grosse difficulté du boulot. 40minutes de cour, 10 minutes de pause. Les journées se suivent…

Sushi-train.

On a fait ca lors du deuxième passage. A ce moment la, c’était la fin des 3 mois de japon et on était alles seulement une fois se faire un vrai sushi-train. En France on appelle ca un sushi bar. Ça veut dire qu’on se pose dans un restaurant et qu’il y a un tapis roulant ou défilent des assiettes avec des sushi par paires. Sushi maki, sushi classique etc. Cette fois ci on avait trouve une adresse de sushi-train au forfait a volonté. Une autre couchsurfeuse de chez Craig est venue avec nous, c’est Enat (Israelienne). Elle a bien essaye de ne manger que le poisson des sushi mais un serveur est venu lui expliquer la règle : pas manger le riz = plus manger de sushi. Fallait s’y attendre. Pour encore une fois détruire toute rumeur sur la vie chère au japon il faut savoir qu’on a eu le menu “all that you can eat” ce jour la a 850yen par personne, soit 8.5 euros. Si on avait rallonge a 1000yen on aurait eu les boissons a volonté aussi. Quelqu’un en connait il un restaurant japonais aussi peut cher a Paris ?

Fin du Japon

Pour cette fin de japon, on était vraiment content d’être repasse voir Craig et Osaka. Déjà, on aime bien Craig et on fera ce qu’il faut pour se revoir un jour. En plus, c’est agréable de passer 2 fois dans la même ville pendant ce voyage. La plupart des villes ou on est passé ca n’a été qu’une fois, un passage éphémère. Avec Katmandou, Osaka est la seule grande ville ou on est passé 2 fois. Agréable sensation de revenir vers un lieu connu et ou on avait encore plein de choses a explorer. Le Japon s’est donc très bien termine. Comme prévu, un beau matin, on est montes dans un bateau pour Shanghai. Osaka et le japon se sont lentement dissous dans l’océan. Si il y a un pays ou on a vraiment très très envie de retourner, c’est bien le Japon. A un moment on s’est laisse rêver a trouver un boulot au japon pour prolonger le séjour et découvrir une autre facette du japon. C’était pas trop possible avec le visa qu’on avait. On a aussi fait une demande de renouvellement de visa pour rester 2 ou 3 mois de plus et continuer a faire du WWOOFing. Ça a été refuse, quelle grande déception… C’est pas grave. On a aime les gens, leur vie, leur cuisine, leur pays. Ils nous reverrons.


Magasin de scarabes Osaka by philadia

Danse Japonai… ZZE ? by philadia


A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Japon, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>