Katmandou, chaud et chaud.

Katmandou, du 15 au 19 avril et du 6 au 14 mai

Le passage de l’Inde au Nepal s’etait fait par la terre. On est donc arrive a Katmandou par bus, il faut savoir qu’il n’y a presque pas de train au Nepal et surtout pas a Katmandou. Les bus prives fonctionnent comme en Inde : quand ya plus assez de monde on arrete tout. Bien que nous pensions arriver d’une traite a Katmandou a partir de la frontiere, il a fallu changer de bus.
Le bus est arrive vers 21h30 a KTM (Desole pour la compression). On a suivi un jeune nepalais sympas qui voulait qu’on dorme chez lui mais comme c’etait vraiment trop petit on a fini par se trouver un hotel. Apres une petite nuit dans le train, l’histoire des pourboires aux douaniers et le long bus, on etait tres content d’arriver dans la chambre.

Le premier passage a KTM a servi essentiellement a preparer le trek. Il y a 2 permis a acheter pour pouvoir se ballader dans la montagne.  En plus on a achete un nouveau sac a dos pour Philippe et il y avait quelques courses de dernieres minutes en gateaux et chocolats. Il faut aussi rajouter les transferts entre les 3 hotels ou nous sommes passes plus les temps de recherche. Et oui, ca se fait pas tout seul de trouver l’hotel le moins cher. Pour finir, Philippe a ete malade 30 heures avec une  petite montee a 40C de fievre, pourquoi faire simple quand on peut faire complique ? La fievre est repartie comme elle etait venue : sans explication !!
Cette premiere approche de KTM nous a permis de decouvrir 3 choses.
KTM ca pue, et c’est pire quand il fait chaud. La ville est dans une sorte de grande bassine dans la montagne. Pas tres haut (quelques 1300m) et plein de voitures et de bus. Meme les petites rues du vieux Thamel sont parfois embouteillees par des motos. Les quelques kilometres parcourus dans cette atmosphere nous ont laisse un souvenir de fatigue intense que nous avons confondu dans un premier temps avec le mal des montagnes. On pensait etre a plus de 2500m : sombre erreur.
Ensuite on a rencontre quelques europeens de KTM. On avait eu un contact sur un forum de voyage avec Adrien qui bosse a KTM. Il avait propose de nous voir le vendredi soir dans le bar habituel de ses relations. Ca a ete l’occasion de commencer a decouvrir l’univers humanitaire de KTM. Des gens viennent ici pour aider dans des orphelinats. Ils doivent en plus payer leur logement. C’est du jamais vu ailleurs, mais c’est vrai que quand on veut aider on peut aussi donner un peu d’argent, pourquoi pas.
Enfin on a decouvert le bonheur Nepalais selon Thamel. Thamel est un quartier de Katmandou. Il y a une vieille zone, sorte de bazar, et une zone plus moderne. La zone plus moderne rassemble essentiellement des hotels et des magasins. C’est le quartier qui rassemble le plus de touristes loges a Katmandou. C’est ici que les touristes du monde entier passent 3 jours avant et apres leur trek pour claquer a chaque repas (10 euros) ce que les nepalais gagnent en 1 semaine. C’est ici que les assoifes de decouverte du monde viennent ecouter leur pop australienne preferee.

On a quitte KTM une premiere fois un beau matin pour aller a la montagne.
Apres 3 semaines d’excursion on est revenu a Katamandou. On voulait vraiment eviter Tamel cette fois-ci et aller du cote de Freakstreet qui est une rue mythique parce que c’est la que les 1ers explorateurs des annees 60-70 vennaient pour vivre a KTM. Mais 2 evenements importants on change le programme.
On est rentre assez mal en point du trek. Nos pieds etaient douloureux et mes cuisses me faisaient descendre les escaliers marche par marche. Je boitais a la vitesse de l’escargot dans les rues, limitant nos deplacements au minimum vital. Comme il fallait retourner 1 nuit dans l’hotel qui gardait nos affaires a Tamel, on n’aurai pas eu le courage de redecoller meme malgre les evenements.
Et quels evenements !!! Pour des raisons politiques, le parti dit « maoiste » a lance une greve generale a peu pres 4 jours avant que nous ne redescendions des montagnes. Une greve generale maoiste au Nepal ca veut dire que dans les 2 grandes villes et entre les 2 grandes villes, tous les trafics de vehicules sont interdits (Force de persuasion des maoistes) et les magasins sont fermes sauf le soir de 18h a 20h. En arrivant a l’aeroport de KTM (Seule solution pour retourner de Pokhara a KTM en periode de greve), le seul bus autorise a traverser la ville est un bus reserve aux touristes qui va directement a Thamel. Traverser la ville en periode de greve dans un bus qui s’enfonce par moment dans des masses de gens armes de batons est vraiment impressionnant. En voyant Thamel arriver au loin nous avons compris qu’il serai plus sage de rester loger dans ce quartier. Et nous : on a l’air fou mais on essaye d’etre sage.
Voila les 2 raisons pour lesquelles nous sommes restes a Thamel une seconde fois, malgre un certain degout pour ce microcosme touristique qui deforme les relations humaines.
Pour le coup on avait de la chance parce que notre hotel etait pas trop mal. Un hotel vraiment pas cher, pour une proprete assez raisonnable et surtout une variete d’hotes interessants. Voici les personnages.
Un Grec de 55ans aux cheveux long qui reste a KTM 6 mois et qui a bien connu cette ville il y a 30 ans. Il connait aussi Paris et beaucoup d’autres endroits. Comme c’est la maison du bonheur il peut fumer des petards dans le salon avec d’autres hotes et le proprietaire de temps en temps.
Un espagnol de 25 ans informaticien parlant 4 langues qui a trouve un boulot a KTM (On lui paye 3 fois les salaire local parce qu’il est europeen) et qui fume 5 a 10 petard par jour. Bien sur il est pote avec le grecque, mais ici tout le monde est pote avec tout le monde.
Un Nepalais de 45ans expert en animaux sauvages pour le gouvernement Nepalais. Comme son bureau est a KTM et qu’il bouge assez regulierement dans les reserves nepalaises (Ya pas que de la montagne au nepal, ya de la plaine avec des rhinoceros et des tigres aussi) il a pas d’appartement et loge toujours a l’hotel. C’est vraiment un personnage interessant de l’hotel.
Un francais de 28 ans assez extraordianire. C’est l’homme au Rickshaw. Il faut savoir que lors du passage en Inde un couple de touriste francais nous a raconte avoir rencontre 2 garcons francais qui avaient achete un rickshaw pour se deplacer dans le pays. Demarche extraordinaire s’il en est. Or un soir dans a l hotel ce fameux Julien commence a raconter qu’il a achete un rickshaw en Inde. Comme il est presque impossible que cette histoire puisse avoir existe 2 fois nous lui avons lance en coeur le fameux : alors c’etait toi ???!!!!  Et c’etait lui !!! Il etait vraiment touche que leur histoire puisse passer au stade de la legende des voyageurs. Nous avons eu plus de detail sur la vie d’un rickshaw conduit par 2 francais en inde. Pour le moment nous n’avons pas de photos mais des que possible on en met une : Julien si tu nous entends…

Une mission importante de ce 2eme passage a Katmandou etait de se faire delivrer un visa pour la chine. Avant toute chose clarifions la  question Tibetaine. C’est sur qu’on aurai bien voulu passer du Nepal au Tibet par la route et redescendre dans le reste de la chine (Et oui le tibet fait parti de la chine !) d’un naturel nonchalant. Mais voila la situation au moment de notre passage. Un  voyageur arrivant au Nepal avec un visa chinois voit automatiquement son visa pour la chine devenir caduque. Son entree au Tibet avec ce visa lui sera refusee. Si un touriste se rend a l’embassade de chine de KTM pour demander un visa pour entrer au Tibet on ne lui delivrera pas, il devra absolument passer par une agence de voyage. Les agences de voyage nepalaises organisent des passages au Tibet incluant l’obtention du fameux visa, le trajet en Jeep jusqu’a Lhassa, le logement a Lhassa pendant 1 semaine, les visites a Lhassa et un billet de train pour aller dans le reste de la chine en option. En gros 450 euros par tete, donc tres cher vu les prix locaux. L’organisation ne se fait que pour des groupes. Le visa attribue l’est pour le groupe et donc les 2 ou plus de personnes du groupe devront sortir ensemble de chine et sont naturellement amenees a rester toujours ensemble en chine comme un seul visa original et commun est delivre sur papier. On a rencontre un faux couple francais en chine qui avait fait ca et devait se « supporter » jusqu’a Hong-Kong qui etait leur destination finale commune : bonne ambiance. Enfin ce visa ne permet de rester que 28 jours en chine. Bref on etait pas trop branche par ce plan et le visa normal delivre par l’embassade de KTM pour se rendre en chine (Le reste) par avion etait de 2 mois.
En rentrant a KTM, on est donc alle rapidement a l’embassade de chine. Par chance, le couvre feu de greve qui n’etait leve que de 18h a 20h avant notre arrive, a ete complete par une autre levee entre 8h et 10h. L’embassade de chine ouvrant a 9h30, nous avons du traverser la ville en rentrant apres la levee du couvre feu. Theoriquement ca ne vaut que pour les transport et les magasin, mais la traversee du carrefour avec d’un coter 2 rangers de militaire en habit anti-emeute et de l’autres coter les manifestants aux batons, ca fout les boules. Pour le coup je boitait notablement  moins et assenais le dernier supplice a mes cuisses meurtries.

A Katmandou, la seule sortie dans un coin vraiment culturel je l’ai fait tout seul en allant a la poste notre dernier jour. J’ai eu l’occasion de passer par Durbar square. L’entre dans ce quartier (Public uniquement pour les nepalais) est payant et je ne voulais pas payer pour seulement aller a la poste. Donc je ne me suis pas arrete pour faire des photos, mais internet regorge de photos de ce quartier n’est ce pas ? On a pas mal marche dans Katmandou pour aller a l’embassade, a la prefecture, a l’office du tourisme, a la poste, trouver un Lonely Planet chine, mais on a pas fait de vraie sorties tourisme. Ca donne un peu de regrets mais comme on le disait plus haut, la situation politique du pays et notre fatigue n’ont pas favorise les sorties.

Manger au Nepal. Nous passerons les details des desagreables prix pratiques dans la montagne. Au Nepal le plat national est comme en inde un plat de riz accompagne de differentes sauces et legumes. Traditionnellement c’est a volonte, sauf pour les touristes, meme s’ils payent deux fois plus cher, faut pas chercher a comprendre, faut pas chercher des amis non plus, c’est un resto c’est pas Facebook. Au nepal, cet honnorable plat s’appele DhalBat.
L’autre grande specialite c’est le MOMO. Le momo est une ravioli fourree (Normal pour une ravioli) servie par paquets de 8 ou 10. En fait ca viendrai du tibet, mais comme les tibetains, les nepalais et les boutins se considerent comme tres proches, ca revient au meme pour eux. Ensuite on trouve beaucoup de shomen au nepal, ce sont des nouilles sautes avec des legumes et tout ce qu’on peut trouver. Bref rien de tres extraordinaire dans la nourriture nepalaise. Mon grand souvenir nous a ete servi dans le seul resto vraiment sympa (On parle des gens bien sur) qu’on a trouve a KTM. C’est un resto juste a cote de notre cafe internet habituel. Comme on etait venu 2 fois tout les 2, la dame etait etonne de me voir venir seul pour prendre la nourriture a emporter. Je lui ai raconte que Fadia etait malade (Et oui on en a tous bave a KTM) et elle prenait des nouvelles a chaque fois que je revenais. Comme quoi… Dans ce gentil resto beaucoup de nepalais venaient boire le tumba. Pour faire le tumba il faut mettre du millet fermente dans un haut recipiant en bois et y verser de l’eau chaude. On boit cette eau devenue alcoolisee a l’aide d’une paille. On peut remettre 3 a 4 fois de l’eau chaude dans le recipiant. J’ai beaucoup aime, c’est le seul truc original que j’ai trouve au Nepal, faute de recherche plus approfondies ?

Un soir, on a pris nos clics et nos clacs et on s’est mis dans un taxi pour aller a l’aeroport. Avant ca on avait pris le temps d’acheter les derniers momos dans notre resto prefere. Ils ont ete engloutis avant l enregistrement. Apres un passage sans encombre a la douane (On apprehendait) on s’est pose dans un avion direction la chine. On attendait ca depuis longtemps…

A lire aussi...

Ce contenu a été publié dans Nepal, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>